Vous êtes ici

• Spectacles

Poésies mystiques et makams ottomans

> Turquie - Ömer et Ahmet Erdoğdular, Murat Aydemir

du 4 au 11 octobre 2020
Abbaye de Daoulas (29)
Bourges (18), Palais Jacques-Coeur
Montreuil (93), Théâtre Municipal Berthelot - Jean Guérin

Partager

Ömer et Ahmet ErdoğdularÖmer Erdoğdularney

Ahmet Erdoğdular, chant, bendir

Murat Aydemir, tanbur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La musique classique ottomane s’est développée dans un environnement multiculturel qui a favorisé des échanges artistiques florissants entre les cultures byzantine, persane, arabe et turque. Fondée sur un système musical modal d’un grand raffinement, incarné par le concept de makam, elle renvoie à plusieurs genres vocaux et instrumentaux. Ces derniers sont organisés en suites (fasıl) dans le cadre de cycles rythmiques successifs (usul) ou de parties plus libres. Suivant un enchaînement codifié, les pièces instrumentales et les chants composés alternent avec les sections improvisées (taksim).

 

La musique savante ottomane doit énormément aux pratiques rituelles soufies du semâ – le concert spirituel — et du zikr, l’invocation des noms divins. Elle est intimement liée à la tradition mystique de la confrérie des Mevlevis, fondée au XIIIe siècle, et connue pour la danse giratoire qui a valu à ces derniers le nom de « derviches tourneurs ». Cette voie de réalisation spirituelle lie la connaissance à l'amour, un amour incandescent qui transporte l’être tout entier.

 

Ahmet Erdoğdular est l’un des chanteurs turcs les plus connus de sa génération. De sa voix puissante et expressive, il interprète les poèmes des célèbres poètes mystiques Rumi (XIIIe siècle) et Yunus Emre (XIVe siècle), en s’accompagnant du tambour sur cadre bendir. Parallèlement aux hymnes (ilâhi) et aux improvisations sur la poésie religieuse (nommées kaside), Ahmet Erdoğdular s’est spécialisé dans le répertoire des gazel, qui abordent tantôt l’amour divin, tantôt l’amour humain. La voix se déploie progressivement et illustre le caractère mélismatique du chant, sur les mélodies inspirées du maître de ney Ömer Erdoğdular et du joueur de tanbur Murat Aydemir.

 

Le ney est une flûte oblique en roseau qui a une place privilégiée au sein de la culture soufie. Immortalisé dans les vers de Rumi, l’instrument symbolise l’âme séparée du monde divin qui aspire à l’union céleste. Ömer Erdoğdular a grandi à Istanbul où il a été formé par son père, avant d’étudier avec Ümit Gürelman et Niyazi Sayın. En tant que soliste, membre de l’Ensemble national de musique classique turque et de l’Ensemble Necdet Yasar, il s’est produit dans de nombreux pays. Père et fils, Ömer et Ahmet Erdoğdular seront accompagnés de Murat Aydemir, virtuose du luth tanbur qui a joué avec les plus grands ensembles turcs. Ce trio d'exception, réuni pour la première fois en France, illustre à merveille la manière dont la poésie et la musique instrumentale s’entremêlent pour faire surgir l’essence du makam, qui doit toucher l’âme de l’auditeur.

 

 

Autour du spectacle

5-7 octobre, formation en partenariat avec DROM, Maison des Cultures du Monde - CFPCI, Vitré (35)

6 octobre, rencontre musicale, Maison des Cultures du Monde - CFPCI, Vitré (35)

 

> En savoir +

Dimanche 4 octobre, Abbaye de Daoulas (29)

Jeudi 8 octobre, Bourges (18), Palais Jacques-Coeur

Dimanche 11 octobre, Montreuil (93), Théâtre Municipal Berthelot - Jean Guerrin

 

En partenariat avec le Centre des monuments nationaux, Chemins du patrimoine en Finistère et le Théâtre Municipal Berthelot - Jean Guerrin

 

Logo CDP29 Logo TMB