Vous êtes ici

• Conférences

7e Journée du Patrimoine Culturel Immatériel

> Les effets pervers

Lundi 12 avril 2010 de 18h à 20h
Maison des Cultures du Monde
101 boulevard Raspail, 75006 Paris

Partager

Il y a six ans la Maison des Cultures du Monde créait, dans le cadre du Festival de l’Imaginaire, en collaboration avec la Commission Nationale Française pour l’UNESCO et avec le soutien du Ministère de la Culture, une « journée du patrimoine culturel immatériel ». Depuis, ce rendez-vous annuel permet aux praticiens, aux responsables d’organisations gouvernementales et non gouvernementales, au public en général, de se tenir informé et de participer à une réflexion sur la mise en oeuvre de la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Adoptée en 2003, cette Convention est opérationnelle depuis juin 2008 et les premières inscriptions sur la liste de sauvegarde et sur celle représentative ont déjà eu lieu.

Il est sans doute trop tôt pour tirer des conclusions des conséquences de ces inscriptions, mais on peut d’ores et déjà réfléchir, à la lumière de l’expérience des « chefs d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel », aux risques (afin de les prévenir) que pourraient courir les éléments du patrimoine immatériel qui sont et seront inscrits sur les listes.

 

Cette réflexion sera aussi l’occasion de mieux préciser ce que l’on entend par « patrimoine culturel immatériel » afin d’éviter des malentendus qui ont tendance à foisonner ces derniers temps un peu partout et, assez étrangement, particulièrement en France.

 

Plusieurs « témoins » participeront à cette rencontre qui, comme celles qui l’ont précédée, devrait apporter une contribution complémentaire à la mise en pratique d’une Convention essentielle pour la sauvegarde de la créativité humaine toujours menacée par les phénomènes d’uniformisation et de récupération mercantile et affairiste. Au cours de cette journée sera également présenté le numéro 25 de l’Internationale de l’Imaginaire qui sera une sorte de vademecum de la Convention et un véritable outil de travail pour tous ceux qui s’intéressent au patrimoine culturel immatériel.

Chérif Khaznadar