Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Le Festival de l’Imaginaire invite de jeunes créateurs et de grands maîtres dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre et des performances rituelles. Ne se limitant pas à un panorama des formes dites "traditionnelles", il s’intéresse aussi aux formes contemporaines dès lors qu’elles s’enracinent dans l’imaginaire d’un peuple et d’une société et ne sont pas calquées sur les modèles occidentaux. Chaque année, de nombreux lieux à Paris et en Ile-de-France accueillent les spectacles, concerts, performances et rituels du Festival : Théâtre du Soleil, Musée du Louvre, musée du quai Branly, Institut du Monde Arabe, Musée Guimet, Opéra Bastille, Théâtre de la Ville, Théâtre Équestre Zingaro, 104, Maison des métallos... Ainsi qu'en région : Opéra de Lyon, Théâtre de Vitré, Opéra de Lille, Trident de Cherbourg, l'Encre à Cayenne (Guyane française), les Dominicains de Haute-Alsace...

21ème Festival de l'Imaginaire
27 septembre 2017 > 22 décembre 2017

 

Vous pouvez consulter la brochure du festival mais également la télécharger ici.

Pour acheter vos billets par correspondance, téléchargez, imprimez puis complétez le BULLETIN DE LOCATION.


 

 

 

 

 

Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002.
Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

• Tunisie
13 et 14 mars 2002

Chrara

> création pour calligraphie et corps de Nja Mahdaoui et Latifa Fekiri

Après les chants sacrés, cette seconde partie aborde une nouvelle approche du corps en terre d'islam.


• Tunisie
13 et 14 mars 2002

Cheikh Ahmed Jalmam

> chants sacrés

Formes traditionnelles et modernité : cette soirée consacrée à la Tunisie s'inscrit dans la réflexion menée par le sixième Festival de l'imaginaire sur les relations entre tradition et création.


• Russie
12 mars 2002

Valid Dagaev

> un barde tchétchène

Valid Dagaev est l'héritier de ce que l'on appelait en Tchétchénie un illancha, un chanteur spécialisé dans les chants historiques.


• Egypte
Du 9 au 11 mars 2002

Chirine Al Ansari raconte les 1001 nuits

Chirine Al Ansari l'égyptienne porte le nom de princesses nostalgiques. Et pourtant la force qui se dégage de sa parole de conteuse, devient musique, vent de tempête, houle, fracas de rochers se brisant sur les seuils de grottes magiques où les djinns cornus aux yeux de diamant se précipitent pour l'emporter au centre de la terre ou au creux du lit d'un amant royal.


Pages